CHANSON



SALVATORE ADAMO, BIOGRAPHIE EN FORME DE PORTRAIT

Si, à ses débuts, le chanteur Salvatore Adamo a souvent déchaîné les passions, pour autant il n’a jamais haussé le ton. Depuis toujours, gentillesse et discrétion le caractérisent. Sur scène, il n’oublie jamais de remercier son public et demeure d’une politesse exemplaire en coulisse et même parfois dans ses chansons…


ENFANCE ET PREMIER SUCCÈS

Salvatore Adamo est né le 1er novembre 1943 à Comiso (Sicile). Quatre ans plus tard, il quitte l'île pour s’installer avec sa famille à Jemmapes, un quartier de Mons en Belgique où son père s’emploie à travailler dans les mines de charbon.

À 13 ans, victime d’une méningite, Salvatore est contraint de vivre une longue hospitalisation à Louvins. Le père quitte aussitôt son emploi et la famille s’installe dans cette ville située non loin de Bruxelles. Dix mois plus tard, enfin guéri, Salvatore retourne à l’école… Il suit des études mathématiques avant de rentrer en faculté pour devenir journaliste.

Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de poursuivre la consultation de cette page. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"

Cependant, la vraie passion qui anime Salvatore, c’est la chanson. Grâce au poste de radio familial, il découvre Louis Mariano, Mouloudji, Charles Aznavour et Georges Brassens dont il chante le répertoire en s’accompagnant à la guitare. Beaucoup plus tard, à la télévision, il va avoir l’occasion de récidiver en duo avec le principal intéressé. Pour Salvatore, toujours aussi humble et modeste, la rencontre avec l’ami Georges, sera pour lui un grand moment d’émotion qu’il n’hésitera pas à raconter quand on lui posera la question.

Salvatore Adamo écrit ses premières chansons à 14 ans et participe à des concours amateurs. Il en sort régulièrement vainqueur. Au Théâtre Royal de Mons, il remporte un ‘crochet’ de Radio Luxembourg présenté par Marcel Faure et François Chatelard en interprétant « Si j’osais ». Sélectionné pour la finale, il arrive à Paris en compagnie de son père au moment où les attentats de l’OAS entraînent d’importantes mesures de sécurité. C’est ainsi que l’étui de sa guitare sera contrôlé par la police à plusieurs reprises. Ces désagréments ne l’empêcheront pas de repartir avec le premier prix du ‘crochet’ et l’enregistrement d’un premier maxi 45 tours qui passera inaperçu malgré sa première chanson fétiche, « Si j’osais ».

Salvatore Adamo lors d'une dédicace à Rotterdam en 1964 (© Eric Koch / Anefo)

Salvatore Adamo persiste et trois ans plus tard « Sans toi, ma mie » devient un succès dans les juke-box du nord de la France et en Belgique. Ce succès lui permet d’apparaître pour la première fois à la télévision hollandaise en 1964 avec une autre de ses chansons (« Quand les roses »). À l'écran, l’image de ce chanteur plutôt penaud, bien propre de sa personne avec son costume, chantant : Quand les roses fleurissaient, / sortaient les filles. / On voyait dans tous les jardins / danser les jupons. / Puis les roses se fanaient, / rentraient les filles / pour passer dans leur doux écrin / le temps des flocons… est alors en total décalage avec la musique qu’écoutent les jeunes d’alors : le rock’n’roll bien évidemment, mais aussi le twist et le jerk.

Au milieu de cette vague d’artistes yé-yé qui bouscule les rimes de leurs chansons à la façon d’un shaker, existe à présent un chanteur plus sage, certes à la marge des 'teenagers', mais très présent dans le cœur des jeunes filles et des gens bien intentionnés : Aujourd'hui, c'est le bal des gens bien. / Demoiselles, que vous êtes jolies ! / Pas question de penser aux folies : / les folies sont affaires de vauriens. / On n'oublie pas les belles manières, / on demande au papa s'il permet ; / et comme il se méfie des gourmets, / il vous passe la muselière. (« Vous permettez Monsieur » - 1964). Pas de doute, Salvatore Adamo a pris le temps d’observer la société et ses convenances.


J’AI TANT DE RÊVES DANS MES BAGAGES

Le voici à 20 ans, fêtant son anniversaire sur la scène de l’Ancienne Belgique, un cabaret de Bruxelles. Peu de temps après, Bruno Coquatrix l’engage à l’Olympia en première partie d’un spectacle conduit par des artistes de rock : Cliff Richards et The Shadows ! Salvatore part ensuite en tournée avec Dalida…

Au cœur de la vague yé-yé, avec des couplets simples et mélodiques, Adamo démontre déjà qu’il touche toutes les générations. L’académicien François Mauriac écrira à son propos : « Ses chansons partent du cœur et arrivent au cœur. » (Jacques Brel fera de même en 1968, en écrivant une longue dédicace à l’intérieur de la pochette de l’album « J’ai tant de rêves dans mes bagages »).

Dès 1964, les premières places au hit-parade s’accumulent : « Tombe la neige » devient paradoxalement un succès de l’été, tandis que « Les filles du bord de mer » prennent la relève. L’année suivante les couples danseront en écoutant « Mes mains sur tes hanches » (1965) ; une chanson dotée d’une nostalgie certaine qui court après un temps révolu. (Chantal Lauby des Nuls rendra d'ailleurs hommage à l'artiste en intitulant son premier film « Mes mains sur tes hanches » en 2003).


SALVATORE ADAMO : PAUVRE VERLAINE (source : émission Le cercle de minuit - 1998)

Au cœur des années 60, Salvatore Adamo obtient douze disques d’or en deux ans. Ses apparitions publiques déclenchent parfois chez ses admiratrices des crises d’hystéries et des syncopes. L’artiste sourit de cette folie collective, sauf quand on le crédite d’une liaison avec la princesse Paola de Belgique. Certes, le chanteur lui a dédié une chanson (« Dolce Paola » - 1965), mais il ne l’a jamais rencontré en tête-à-tête ; le chanteur assurant que quand on chante l’amour, on en paye parfois le prix !

Après un premier passage en vedette à l’Olympia (1965), Salvatore Adamo débute une carrière internationale. Il se produit en Allemagne, au Moyen-Orient, en Italie, au Canada, en Espagne où il bat le record des ventes des 45 tours, en URSS, en Iran en présence du Shah et de l’impératrice Farah, en Amérique du Sud devant des parterres de 30 000 spectateurs. Au Japon, c’est la chanteuse Koshiji Fubuki qui le fait connaître au public asiatique en enregistrant « Sans toi, ma mie » reprise ensuite par cinquante artistes. Quant à la chanson « Tombe la neige », elle triomphera pendant 72 semaines en tête de liste des palmarès ! Adamo, par respect, l’enregistrera en japonais et l’inscrit depuis, tout naturellement, au programme de ses récitals quand il s'y produit.

En 1966, son père qui était à la fois le manager, le conseiller mais aussi une épaule solide pour son fils, décède par noyade sur une plage de Sicile. Pour Salvatore, le choc est rude. Dès lors, son devoir est de devenir le chef de famille. Il installe sa mère, ses frères et sœurs à Jemmapes dans une grande maison achetée avec ses premiers cachets. Très attaché à ses proches, il les retrouve régulièrement entre deux tournées. Autour de la table, on parle de tout, y compris des débuts dans la chanson de Délizia, l’une de ses sœurs. Salvatore lui apprend en particulier à se débrouiller toute seule, à ne jamais compter sur le bon cœur d’autrui.

La famille de Salvatore Adamo s’agrandit avec l’arrivée de Nicole. Il l’a connu à 16 ans et l’épouse discrètement en 1969. Nicole décide d’apparaître le moins souvent possible à ses côtés afin de ne pas gêner sa carrière. Cela n’empêchera pas certaines admiratrices, jalouses et dépitées, de s’éloigner de lui. Après la naissance d’Anthony, son premier fils, elles le félicitent néanmoins. Au Japon, les réactions seront tout autre ; le chanteur recevra de la part de ses fans lointains, de nombreux kimonos et des chaussons adressés à un bébé devenu le centre de son avenir.


LE CINÉMA DE SALVATORE ADAMO

En 1967, Salvatore Adamo fait un détour par le cinéma. Il débute à l’écran avec Les Arnaud aux côtés de Bourvil et de Christine Delaroche, puis joue trois ans plus tard dans le film de Claude Bernard-Aubert, L’ardoise, avec Elisabeth Wiener.

Affiche du film Les Arnauds (1967)

La même année, en compagnie d’Eddy Matalon, le chanteur s’essaye à la mise en scène avec L’île au coquelicot. Salvatore a écrit l’histoire, une version modernisé du ver de terre amoureux d’une étoile et où le ver de terre est un jeune guitariste et l’étoile une très belle femme, mannequin de profession. Adamo joue le rôle du guitariste et chante les chansons du film dont il écrit la musique. Le film sort en Asie mais pas en France où les distributeurs trouvent le film « trop romantique ».

Adamo retiendra la leçon : la poésie est un atout dans la chanson mais un handicap qui ne peut toucher les amateurs de cinéma. En 1971, la chanson « J’avais oublié que les roses sont roses » sera la réponse à son désarroi.

Dans les autres apparitions cinématographiques qui suivront, Salvatore Adamo ne fera qu’interpréter son propre rôle, celui de chanteur : Laisse tes mains sur mes hanches (2003) de Chantal Lauby ; Melting-pot café (2006) de Jean-Pierre Goossens ; Lili David (2012) de Christophe Barraud et Les Chamois (2017) de Philippe Lefebvre.

SALVATORE ADAMO, DES CHANSONS D'AMOUR, MAIS AUSSI SUR LA GUERRE ET LA PAIX…

Petit à petit Salvatore Adamo fait évoluer son répertoire. Il mêle à ses couplets habituels des réflexions sur sa vision du monde, notamment à propos des conflits qui assaillent la planète. Son premier combat, en paroles et musique, a débuté avec l’enregistrement d’« Inch Allah » dont les couplets lui ont valu en 1966, lors de leur création, une dizaine d’années d’interdiction de séjour dans les pays arabes.

Une autre chanson suivra, une fois de plus consacré à la guerre : « On se bat toujours quelque part » (1967) : Où vas-tu l'ami de ce pas ? / Je m'en vais à la guerre / De quelle guerre parles-tu mon gars ? / Je ne sais pas je n'en ai que faire / Car on se bat toujours quelque part / La guerre commence à me hanter / Dans les chansons même on s'égare / C'est si facile de la chanter../.. Je ne sais plus s'ils étaient noirs / Ou bruns ou jaunes ou comme moi / Je me souviens de leurs regards / Je me souviens de leurs "pourquoi".

Le chanteur ne se définit pas comme un chanteur engagé, mais comme un artiste concerné. Il accepte ainsi de devenir ambassadeur bénévole du comité belge pour l’UNICEF. Munie de lettres de créances, les vers se transforment en acte et Salvatore parcourt le monde pour défendre la cause des enfants.


SALVATORE ADAMO : C'EST MA VIE, EN DUO AVEC ISABELLE BOULAY (source France 2 - 2011)


LES SIGNES D’UNE SANTÉ CHANCELANTE

Stressé, épuisé en autres par ses 16 tournées au Japon en 8 ans, Salvatore Adamo est victime en 1984 d’un accident vasculaire cérébral. Après un triple pontage, il sait à présent que sa santé est fragile. Toutefois, malgré la fatigue, et voulant continuer à se montrer professionnel jusqu’au bout, Salvatore retrouve les voyages et les enregistrements. Vingt ans plus tard, alors que l’artiste a 60 ans, c’est un malaise cardiaque qui l’atteint au cours de l’enregistrement d’une émission pour FR3. Le chanteur s’effondrera et parviendra une fois de plus « à se relever » avec cette fois-ci au-dessus de sa tête, une épée de Damoclès bien accrochée.

En 1998, à travers la chanson « Les heures bleues », la nostalgie l’emporte. Là, il se souvient… ‘La croix verte’, le bâtiment de Jemmapes où il a passé les premières années de son existence : J'entends souvent la douce musique / L'écho lointain d'un bal de quartier / Au temps des valses et tangos magiques / Qui nous berçaient, l'été retrouvé / C'est la musique du temps qui passe / En noir et blanc, en accéléré / Des petits riens que l'oubli menace / Calendrier trop vite effeuillé. / Et je revois mon père, ma mère / Sous les lampions, les fleurs en papier / Moi, je suivais sa robe claire / Qui ondoyait comme un blanc voilier / Lui l'enlaçait, l'allure fière / Tout droit, fringant, tout endimanché / Il racontait de jolie manière / Des souvenirs sans doute inventés.

Au tournant du troisième millénaire, Salvatore Adamo a déjà vendu plus de 90 millions de disques à travers le Monde. Il revient régulièrement chanter à Paris. L'artiste a pris l’habitude de fêter ses anniversaires sur la scène au Casino de Paris ou à l’Olympia devant un public toujours prêt à le suivre au bout du monde et même ailleurs : Aux quatre coins des dieux / À demain sur la lune / À trois bornes des cieux (« A demain sur la Lune » 1970).

« Le public français, dira Salvatore Adamo, je l’ai négligé en chantant presque partout sauf à Paris. Craignant de finir par saturer les oreilles de mes fans, j’ai choisi de m’éloigner timidement et discrètement. Avec le recul, je l’avoue, c’était une erreur. » Salvatore a fini par admettre l’évidence, les lumières du music-hall, c’est sa vie : C'est ma vie, c'est ma vie / Je n'y peux rien / C'est elle qui m'a choisi / C'est ma vie / C'est pas l'enfer, / C'est pas le paradis. (« C’est ma vie » - 1975).


SALVATORE ADAMO, LA CONSÉCRATION

En 2001, Salvatore Adamo reçoit le titre nobiliaire de chevalier par le roi des Belges Albert II. L’année suivante, il est fait officier de l'ordre de la Couronne. En 2003, l'album « Zanzibar » lui donne l’occasion de chanter avec son ami Arno. On se souvient que ce dernier avait repris « Les filles du bord de mer » dans une version encore plus ‘baloche’ que l’original.

Salvatore Adamo en concert au Cirque Royal de Breuxelle en 2013 (© Kmeron)

En 2010, le chanteur reçoit le 'Grand prix international de poésie francophone' pour l'ensemble de son œuvre et sort « De toi à moi », un nouvel album dont l’intérêt premier et d’être constitué de duos parfois inattendus, comme avec le rappeur Oxmo Puccino, le chanteur Christophe, la comédienne Chantal Lauby et même sa fille Amélie, qui tente de faire carrière tout comme son père.

Ultime récompense, en 2014, où il reçoit une 'Victoire de la musique d'honneur' pour ses cinquante ans de carrière.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 09/2018)
(source ‘Les lumières du music-hall’ – Jacques Pessis – 1998)


DISCOGRAPHIE (ALBUMS)

  • 1963 : Chansons non commerciales (Belgique)
  • 1964 : Tombe la neige
  • 1964 : Vous permettez, Monsieur ? (Canada)
  • 1964 : Mes 21 ans (Canada)
  • 1965 : Adamo Volume 2
  • 1967 : Notre roman (Canada)
  • 1967 : Ton nom (Canada)
  • 1968 : J'ai tant de rêves dans mes bagages
  • 1968 : Chansons pour l'été (Canada)
  • 1969 : Petit Bonheur
  • 1971 : Chansons de mes seize ans (rééd. Emidisc)
  • 1972 : Quand tu reviendras
  • 1973 : A ceux qui rêvent encore
  • 1975 : Mademoiselle attendez (Canada)
  • 1975 : Jusqu'à l'amour
  • 1976 : Voyage jusqu'à toi
  • 1977 : Et on chantait
  • 1979 : Pauvre Liberté
  • 1981 : Printemps sous la neige (Japon)
  • 1982 : Puzzle
  • 1986 : Autre chose (Belgique)
  • 1987 : Avec des si
  • 1989 : Sur la route des étoiles
  • 1992 : Rêveur de fond
  • 1995 : La Vie comme elle passe
  • 1998 : Regards
  • 2001 : Par les temps qui courent
  • 2003 : Zanzibar
  • 2007 : La Part de l'ange
  • 2008 : Le Bal des gens bien (reprises en duo avec 18 artistes)
  • 2010 : De toi à moi
  • 2012 : La Grande Roue
  • 2014 : Adamo chante Bécaud
  • 2016 : L'amour n'a jamais tort
  • 2018 : Si vous saviez...

Visiter le site officiel de Salvatore Adamo


À CONSULTER

SALVATORE ADAMO, INTERVIEW À BÂTONS ROMPUS