CLASSIQUE / TRADITIONNEL



MAURICE RAVEL : PORTRAITS BASQUES

Compositeur mais aussi orchestrateur fin et cultivé, Maurice Ravel a imprimé la musique du début du 20e siècle de lignes mélodiques heureuses qu’il agrémenta de curiosités modales et rythmiques. Derrière le compositeur fécond vivait un homme discret à l’apparence modeste. La biographie que lui consacre l’organiste et professeur d’histoire Etienne Rousseau-Plotto dans son livre Ravel portraits basques nous fait découvrir les liens qui unissaient l’homme et son œuvre à sa région natale, le Pays basque.


TOUT SUR MAURICE RAVEL

Né à Ciboure en 1875, Maurice Ravel parlait parfaitement le basque et était attaché à la Côte d’Argent. Il aimait l’Irouléguy, célèbre vin des Pyrénées-Atlantiques, et se baignait quotidiennement dans la baie de Saint-Jean-de-Luz. À la lecture de ces quelques lignes, vous aurez certainement compris que le livre Ravel portraits basques est destiné aux fans inconditionnels de l’auteur du Boléro. Si la plume de Rousseau-Plotto est alerte, on lui reprochera peut-être une certaine sécheresse, sécheresse qui s’efface aussitôt dès que l’on plonge dans la vie du musicien.

La biographie fourmille de détails infimes comme anecdotiques. L'auteur prend son temps. S'il décrit les circonstances qui ont provoqué la rencontre des parents, il va encore plus loin en portant à notre connaissance une copie de l'extrait de baptême et en nous montrant des photos rares du compositeur en maillot de bain. L'auteur nous pousse aussi à imaginer, telle cette scène qui met en présence Ravel en peignoir, prêt à prendre son bain, et faisant découvrir à son ami Samazeuilh le fameux thème obsédant du Boléro au piano, le jouant comme un débutant avec un seul doigt !

Le plus curieux, c’est que ces informations finalement secondaires arrivent à nous rendre le personnage encore plus attachant ; d’autant plus que face à un talent précoce – Ravel composera la Habanera des Sites auriculaires à l’âge de vingt ans -, le compositeur sera poursuivi par plusieurs échecs consécutifs qui l’humilieront profondément, jusqu’à sombrer dans une dépression après l’accueil glacial du ballet Daphnis et Chloé par ses contemporains.

Le livre décrit aussi ce début de siècle, les sommités qui se retrouvait sur la Côte basque au tournant de la première guerre mondiale, une période difficile pour Ravel dont la déchirure, la blessure la plus profonde, sera la disparition d’une mère qu’il aimait tant. Ravel portraits basques dresse un tableau sans concession de ce début de 20e siècle, montrant un homme tout à la fois attaché à ses racines basque qu’à sa patrie, la France. Le compositeur n’ignorait rien du chauvinisme, de la violence, des enjeux et rivalités qui pouvait conduire à la guerre. Mauricie Ravel était un artiste et, à ce titre, il savait que seul l’acte créatif est enseignement, et que seul son partage permet d’aller à l’essentiel de l’être.

Ravel portraits basques par Etienne Rousseau-Plotto
Ed. Seguier – 305 pages.

Par PATRICK MARTIAL (Cadence Info - 10/2015)


À CONSULTER

BIOGRAPHIE MAURICE RAVEL