CLASSIQUE / TRADITIONNEL



LE CLAVIER BIEN TEMPERE… DE BACH

Décrit par le chef d’orchestre Hans von Bülow comme Ancien Testament du répertoire pour clavier, celui ” bien tempéré ” passe depuis sa création pour une œuvre didactique de premier plan auprès des musiciens classiques.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de poursuivre la consultation de cette page. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"

Jean-Sébastien Bach avait donné ce nom aux deux recueils de 2 x 24 préludes et fugues qui abordent toutes les tonalités (il les termina en 1744). Le compositeur, inspiré par les possibilités “toute nouvelle” du tempérament égal, imaginé par Werckmeister, s’en servit pour les cours qu’il donnait à ses enfants, comme à ses élèves.

Quelques-uns uns des préludes n’ont été imprimés que quarante-neuf ans après la mort de Bach et cela dans un cours anglais de composition 

On a souvent tenté d’imiter le compositeur dans cette démarche, mais sans parvenir à sa maîtrise technique (on en retrouve la trace dans “Ludus tonalis” de Hindemith).

Cette œuvre a connu des quantités d’éditions, preuves de l’intérêt des éditeurs pour de telles merveilles. Mais parmi toutes ces éditions, on préfère le plus souvent celles qui respectent au mieux la version originale. On s’en serait douté !

par Ch. Sorff (Cadence Info)

Cet article a été proposé par un visiteur du site. Si vous aussi, vous souhaitez enrichir cette rubrique, veuillez consulter les conditions de mise en ligne